respiration libre du prana
Te relier au Monde

Respirer le prana, c’est dire “oui” à la vie !

La nourriture va bien au-delà des aliments puisqu’on se nourrit aussi d’idées, de concepts, d’eau, d’air et de prana. Le port des masques nous a amené à nous interroger sur la qualité de notre respiration, son importance et son influence sur notre organisme.

Aujourd’hui je t’emmène dans le monde hindou. Le monde du yoga, de l’ayurvéda pour te parler du prana. Le prana, c’est l’énergie vitale. C’est aussi le mouvement constant. Il nous met en mouvement, augmente notre appréciation de la vie, il ouvre notre cœur, ainsi que notre esprit à de nouvelles possibilités de toutes sortes – depuis notre productivité professionnelle à notre créativité personnelle en passant par nos relations avec les autres et notre environnement.

L’alimentation pranique

Le prana est un terme sanscrit. En ayurvéda, le prana est associé à la constitution Vata : celle de l’air. Le prana est une nourriture physique et spirituelle qui permet à chacun de devenir maître de son corps et d’augmenter ses fréquences vibratoires.

Chaque être humain a besoin de prana pour être en bonne santé et 70 % est absorbé directement par la respiration (via les poumons et la peau). Notre nourriture et nos boissons complètent à hauteur de 30%. Mais les proportions peuvent varier d’une personne à l’autre.

Masque laissé de côté au profit de la respiration en peine nature

Les nourritures chimiques, tout comme l’air vicié, sont dépourvues de prana. Aussi, il est important de respirer de l’air frais et pur, en pleine nature aussi souvent que possible.

Ne t’es-tu jamais senti groggy ou encore n’as-tu jamais eu mal à la tête après avoir longtemps porté ton masque ? Dans un organisme correctement oxygéné et alimenté en prana, chaque cellule remplit son rôle bien plus efficacement. Le cerveau est stimulé, les sens sont déguisés. L’acuité sensorielle est plus grande et le système nerveux se voit renforcé.

Le prana nous influence et nous oriente au quotidien

Le prana est présent, impalpable au quotidien. Mais dans certaines situations de la vie, on arrive à le toucher du doigt.

Après un effort, lorsqu’on est fatigué, il peut nous arriver d’expirer fortement. On libère ainsi de l’énergie. C’est-à-dire que la fatigue fait descendre notre niveau de prana.

Ou encore, si nous sommes soulagés, il peut nous arriver d’expirer en sentant qu’on relâche une tension. On expire la mauvaise énergie, faisant ainsi remonter notre niveau de prana.

respirer le prana en conscience

T’est-t-il déjà arrivé de devoir parler devant une assemblée ou monter sur une scène ? Tu t’es alors sans doute instinctivement préparé à le faire. Tu as probablement inspiré profondément, puis tu as retenu ta respiration, avant de penser dans un soupir : « ok, j’y vais ! ». Ce faisant, instinctivement, tu as puisé du prana. En retenant ta respiration, tu as capturé une « dose de courage » (ou de l’énergie supplémentaire) pour accomplir ta tâche.

Si tu te sens mal et qu’un ami, par compassion, pose une main sur ton épaule, il compatit et aimerait que tu te sentes mieux. Ce faisant, il va instinctivement transférer une partie de son prana vers toi.

Canaliser consciemment son prana

Un bon flux de prana stimule les cellules et les tissus. Cela favorise l’élimination des toxines et aide la circulation de l’énergie dans le corps. En cas de blessure, le prana permet d’améliorer notre guérison naturelle.

Quelqu’un qui a un corps sain, plein de vitalité, qui est positif et joyeux a naturellement une influence positive sur les personnes de son entourage. Les gens apprécient sa compagnie car ils se sentent revigorés à son contact. Mais s’agissant de personnes qui manquent d’énergie positive, leur présence peut nous poser émotionnellement.

Il est possible d’apprendre à augmenter le flux de notre prana et même à le diriger dans le but de guérir autrui. Le reiki, le magnétisme sont des exemples de transfert de prana pour la guérison.

Visualisation pour augmenter le flux de prana

Canaliser consciemment son prana
Canaliser consciemment son prana

Je vous propose ici un exercice tiré du livre « L’art de la respiration » de Swami Saradananda.

Cet exercice aide à te recharger et à améliorer ton humeur quand tu te sens un peu morose ou déprimé. Il sert à recharger tes batteries – que ce soit pour augmenter l’énergie de ta journée ou encore pour pratiquer des techniques de guérison énergétique et aider d’autres personnes.

Tu peux d’ailleurs intégrer cet exercice à ta routine de visualisation positive.

Tu voudras d’ailleurs sans doute lire l’article : La visualisation positive et créatrice.

EXERCICE

« 1/ Ferme doucement élèvera et inspire lentement par le nez en comptant mentalement jusqu’à huit, avant d’expirer par le nez en content également jusqu’à huit.

2/ A nouveau, inspire par le nez en comptant jusqu’à huit, mais visualise le prana qui afflue vers toi, mêlé à l’air que tu inhales. Tu auras peut-être envie de visualiser le prana comme un courant de lumière.

3/ Retiens ta respiration en comptant jusqu’à quatre et dans ton mental, visualise le prana Jules dans chaque partie de ton corps.

4/ Expire par la bouche en comptant jusqu’à huit, et sans que la négativité quitte ton corps avec l’air vicié. Recommences autant de fois que tu le souhaites. »

Il fut une époque où le prana était une notion bien plus concrète qu’aujourd’hui. Les sages le canalisaient et ils enseignaient cette technique dans les villages. En Occident, cette tradition est tombée en désuétude au XIIIe siècle. Les Hindous l’ont pourtant conservée à travers les âges. Il ne tient qu’à nous de se réapproprier consciemment cette sagesse ancestrale.

Aur&liA

Source : « L’art de la respiration », par Swami Saradananda

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :